• Shana

AROEN RADWANOFF - "L'EXCRÉMENTIELLE : LE HÉRISSON"

Dernière mise à jour : 16 juin


"Lorsqu'il les rejoignit en illuminant la paroi, les trois en demeurèrent sans voix. Ils étaient sous le choc. Nul n'osa prononcer mot, car apparut, dans toute sa splendeur, une fresque qui dégageait une aura purement maléfique, une malveillance démoniaque saisissante qui les hypnotisa instantanément. Elle incarnait une créature robuste, bien que paradoxalement maigre et décharnée." p.578


Ma découverte de l'auteur


Grande amateure de thrillers, je n'en apprécie pas moins d'autres genres littéraires comme la science-fiction (d'autant plus s'il s'agit d'un cross entre les deux). Ce premier livre d'Aroen Radwanoff m'a justement permis de redécouvrir un style de lecture mis de côté depuis quelques temps. "Le hérisson" constitue le livre premier d'une future saga, selon moi, très prometteuse. Je remercie donc l'auteur pour l'envoi de ce magnifique roman et sa grande sympathie.


Mon résumé


À Mithra, deux adolescents assistent à l'incendie criminel d'une maison close située en pleine forêt. De garde cette nuit-là, Feyor Fress, capitaine de Milice Impériale, se retrouve à la tête de l'enquête. Accompagné de son adjoint, Yulnus Sheffard, il tente de faire toute la lumière sur ce qui paraît être un odieux sacrifice religieux.

ATTENTION SPOILER : entre meurtres sordides, interrogatoires ratés et tentatives d'assassinat, parviendront-ils à trouver des réponses à leurs questions ?


Haelis d'Oxans, héritière du trône de l'empire, prépare méticuleusement son impétration à la suite de ses nombreuses années de formation. En décalage total avec les valeurs affichées par la caste dirigeante, elle tente, en vain, de ne pas se soustraire aux obligations de son sang.

ATTENTION SPOILER : choisira-t-elle de renier son nom, entraînant la chute de la civilisation toute entière ? Acceptera-t-elle son sort avec de futures réformes en tête ?


Depuis une dizaine d'années, les troupes de l'empire combattent les rebelles sur Khodos-II, colonie terrienne, pour s'assurer le contrôle de la planète. La colonelle Neva de Serae y est envoyée en mission suicide afin de détruire les dernières défenses protégeant encore la cité insurgée.

ATTENTION SPOILER : y parviendra-t-elle ? Et à quel prix ?


Les points positifs


Les prolégomènes de ce premier tome énoncent en toute simplicité les origines de l'univers imaginé par l'auteur. À la fois intéressante et particulièrement importante à la compréhension globale du roman, cette partie se compose de quinze pages. Je tiens par la même occasion à souligner l'immense travail de construction réalisé pour ledit univers. En effet, Aroen Radwanoff ne se contente pas de placer son récit en contexte mais développe son propre monde avec ses us et coutumes, ses langages, ses religions, sa géographie, sa politique, sa monnaie... Les annexes (cartes, chants, prières) en fin d'ouvrage permettent également au lecteur de mieux se représenter ces royaumes et leurs habitants. Le tout forme un ensemble cohérent et agréable à lire.

Après un court prologue, le roman se dissocie en vingt-deux chapitres numérotés contenant de une à huit parties longues de deux à vingt-six pages. Chaque chapitre démarre par un court extrait encadré des mentions des personnages présents et du lieu de l'action. L'auteur utilise aussi l'italique et les notes de bas de page à bon escient.

Enfin, j'ai beaucoup apprécié les personnages. Fress et Sheffard forment un duo totalement opposé mais complémentaire ; j'ai adoré les découvrir tour à tour à travers le commandement de l'enquête. Leurs équivalents féminins, Haelis et Neva, possèdent toutes deux une forte personnalité et des idéaux en contradiction avec les valeurs de la société dans laquelle elles évoluent. J'attends donc impatiemment de connaître la suite de leurs aventures et, surtout, le dénouement de l'affaire terriblement complexe aux mains des officiers de Milice Impériale.


Les points négatifs


Hormis quelques lenteurs nécessaires à la mise en place de cette gigantesque fresque lhaardienne, il m'a parfois été compliqué de distinguer tous les personnages. Les innombrables notes de bas de page freinent également un peu la lecture.

Au niveau de la forme, j'ai trouvé quelques erreurs orthographiques et j'aurais préféré une taille de police un peu plus grande pour les extraits en début de chapitre. Sinon, l'écriture demeure complexe mais accessible, ayant pour résultat un roman très bien écrit.


La durée de ma lecture


Huit jours.


Ma note


Un univers excellemment bien élaboré : 4/5


Informations de publication


2021, Librinova, -, 791 pages, ISBN 979-10-262-6133-9.

148 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout