• Shana

BÉRENGÈRE DELAPLACE - "JUSQU'À L'AUBE"

Dernière mise à jour : 14 sept.


"Consciemment ou non, les autres doivent ressentir quelque chose de similaire, car ils sont impatients de reprendre la route, de fuir cette tentation qui nous tend les bras. Ce serait si simple d'abandonner, de s'allonger ici, de s'anesthésier le corps et l'esprit... Survivre, c'est affronter la réalité, c'est repousser les limites de ce qu'on croit pouvoir endurer. Alors, pour ne plus être tenté, tout le monde se tient prêt au départ, trépignant d'impatience que la nuit tombe [...]" p.158 (e-book)


Ma découverte de l'auteure


Pour être honnête, il s'agit du premier livre de zombies sur lequel je me penche. Effectivement, j'ai toujours apprécié les films post-apocalyptiques mais n'avais jamais osé me tourner vers ce style littéraire. Sur SimPlement, le résumé proposé par Bérengère Delaplace m'a tout de suite plu et je n'ai pas hésité une seule seconde avant de lui proposer un partenariat. Je la remercie par ailleurs pour sa confiance et sa sympathie.


Mon résumé


Un nouveau virus extrêmement contagieux se répand sur le continent américain, transformant les morts (et les mordus) en enragés assoiffés de sang. À Charlotte, aux États-Unis, un groupe de survivants décomposé et recomposé au fil des rencontres tente d'échapper à cette folie meurtrière.

Parmi eux se trouve Molly, mère de six enfants (et demi) coincés dans leur maison à l'autre bout de la ville et enfermés avec leur père malade. Continuellement sur les chemins, cette mère de famille rencontrera des personnalités étonnantes mais assistera également à de (trop) nombreux drames difficiles à encaisser.

ATTENTION SPOILER : dans ce chaos, seules six personnes survivront.


Les points positifs


Autant vous le dire tout de suite : j'ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre !


Le récit se divise en chapitres numérotés de longueur variable, entre quinze et quarante pages, et s'articule autour de Molly. Le texte se présente comme un journal intime, avec les dates et heures des événements, en gras, séparant les chapitres. Cette impression est encore renforcée par l'utilisation d'une narration à la première personne et l'apparition de réflexions et souvenirs en italique.

L'histoire démarre sur les chapeaux de roues après une dizaine de pages de contexte et continue crescendo jusqu'à l'établissement dans la ferme, environ cinq ans plus tard. L'action continue laisse le lecteur en suspens et stressé : aucun temps mort en vue.

En outre, les personnages sont attachants et bien construits : en même temps qu'eux, le lecteur tremble lors d'une attaque, pleure à l'occasion d'un décès ou sourit aux bonnes nouvelles.

Finalement, le roman pose des réflexions profondes sur le deuil, la gestion de crise et des traumatismes, mais aussi la possibilité de trouver un nouveau sens à sa vie.


Les points négatifs


J'ai remarqué une petite incohérence dans le marquage des jours et des heures et quelques erreurs typographiques sans conséquence.


La durée de ma lecture


Trois jours.


Ma note


Mon premier coup de cœur pour l'année 2022 : 5/5.


Informations de publication


2020, Auto-édition, -, 684 pages (e-book), ISBN 978-2-9573267-0-9.

153 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout