• Shana

CAMILLA LÄCKBERG - "LE PRÉDICATEUR"


"La douleur et l'obscurité faisaient s'écouler le temps en un brouillard dépourvu de rêves. Jour ou nuit, vie ou mort, aucune importance. Même les pas au-dessus d'elle et la certitude du mal qui allait s'ensuivre ne pouvaient amener la réalité à percer ce nid obscur. Le bruit des os qu'on casse se mêlait aux cris tourmentés de quelqu'un. Peut-être les siens. Elle ne savait pas très bien." p.188


Ma découverte de l'auteure


Ces dernières années, les polars nordiques connaissent un franc succès auprès d'un large public de lecteurs grâce à leur ambiance glaciale et leurs personnages acariâtres. La série de romans écrite par Camilla Läckberg s'inscrit dans cette veine si particulière, d'abord avec "La princesse des glaces", chroniqué l'année dernière, et maintenant avec "Le prédicateur", qui présente la suite des aventures de Patrik Hedström et Erica Falck.


Mon résumé


Dans la brèche du Roi, un enfant aperçoit un cadavre mutilé accompagné de deux squelettes aux blessures identiques. Après autopsie, le médecin légiste constate que les ossements sont ceux de Siv et Mona, deux jeunes femmes disparues en 1979.

Le début de cette enquête ravive inévitablement les tensions présentes au sein de la famille Hult. Effectivement, les deux fils d'Ephraïm ne s'appréciaient guère en 1979, au point de s'accuser l'un l'autre des enlèvements. Mais la mort d'un des frères fait-elle de lui un coupable idéal ?

ATTENTION SPOILER : le clan Hult vit depuis trop longtemps dans le mensonge. Ne serait-il pas enfin temps de rétablir la vérité ?


Les points positifs


Dans son premier roman, Camilla Läckberg utilise la séparation en chapitres pour alterner les différents points de vue. Dans cette suite, elle distingue plutôt le passé du présent. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié suivre cette enquête à double temporalité, à la fois dans les années 70' et dans le présent. Les révélations successives permettent au lecteur de reconstituer le puzzle des événements assez facilement mais tout en préservant une note de suspense bienvenue. En effet, la présentation des pensées des jeunes filles disparues augmente la pression et le sentiment d'urgence car le sort de Jenny reste totalement inconnu jusque dans les toutes dernières pages.

J'ai également aimé l'écriture fluide, les structures de phrases irréprochables et les longues descriptions offrant au lecteur une immersion totale dans cette autre culture.


Les points négatifs


Malheureusement, je suis un peu déçue par ce roman ; j'y ai trouvé trop de descriptions et digressions et pas assez d'actions. De plus, les longs chapitres ne proposent pas de démarcation entre les différentes situations, rendant la lecture parfois chaotique. Le lecteur passe, par exemple, d'une conversation entre Erica et Anna à l'analyse toxicologique des cadavres sans le moindre effet de transition.

En outre, le rôle de femme forte et indépendante d'Erica dans le premier tome s'efface totalement au profit d'une femme enceinte qui cuisine de bons petits plats à son compagnon policier. J'ai été vraiment frustrée de ce revirement de situation.

Enfin, les noms de certains personnages liés à l'enquête précédente sont attribués à des nouveaux venus, accentuant encore l'impression de chaos ambiant.


La durée de ma lecture


Huit jours.


Ma note


Un peu moins bon que le premier tome, dommage : 3.5/5.


Informations de publication


2013, Actes Sud, Babel noir, 512 pages, ISBN 978-2-330-01803-0.

63 vues0 commentaire