• Shana

CHRIS ROY - "DES AILES SOUS MA PEAU"


"Il venait de passer deux jours de rêve chez son ami Liam dans sa grande maison, pour une partie géante de son jeu Wings under my skin. Liam, c’était le pro des jeux qui l’avait pris sous son aile, son parrain. Ce n’était pas la première fois qu’il se rendait là-bas. Tout avait commencé bien avant l’été. Et puis lors des vacances, Liam l’invita et lui proposa d’amener des copains, histoire de s’éclater." p.104 (e-book)


Ma découverte de l'auteure


Le vingt-cinq avril dernier, je postais mon avis initial concernant la plume de Chris Roy après la lecture de son premier roman, "Là-haut les anges". Totalement emballée, je n'ai pas hésité une seule seconde lorsque l'auteure française m'a proposé de lire son deuxième livre en service presse. Je la remercie d'ailleurs encore une fois pour sa gentillesse et sa confiance renouvelées.


Mon résumé


Au moment où Lars revoit Azel, son amour de jeunesse, ses sept années d'absence s'envolent. Toujours fou d'elle et malgré l'existence du petit Yanis, il l'invite à reconstruire sa vie avec lui. Mais après dix ans d'une relation incertaine et la naissance d'Elliot, Azel disparaît en laissant derrière elle une lettre qui accuse Lars de prostitution conjugale et de violences. Condamné à quatre ans fermes, ce dernier vit l'enfer en prison.

Quelques jours après la libération de son père, Elliot est porté disparu à son tour. Cette fois, la police belge ne compte plus laisser Lars s'en sortir à si bon compte ; pour elle, toute l'affaire tourne autour de lui.

ATTENTION SPOILER : en réalité, il n'est qu'une victime parmi les autres, la victime d'un réseau bien caché et organisé au sein des instances les plus importantes du pays, un réseau dont il est impossible de s'échapper. À moins que...

Les points positifs


Derrière deux citations, un court prologue aux phrases concises et incisives démarre le roman. Comme dans la suite du récit, le lieu et la date des événements apparaissent en gras à chaque changement. L'histoire, racontée par un narrateur externe, se scinde en soixante-six chapitres numérotés d'une moyenne entre six et sept pages. Cela donne beaucoup de rythme au livre qui maintient le lecteur hors d'haleine du début à la fin. Un court épilogue, presque identique au prologue, clôt le thriller d'une fin ouverte.

En outre, dès le départ, j'ai été fortement intriguée par Azel. Son attitude distante et ses mystères m'attiraient et m’écœuraient en même temps. Effectivement, ce personnage ambivalent et malsain ne révèle son vrai visage que dans les toutes dernières pages du roman. Face à ce caractère complexe et torturé se situe Lars, apathique, indolent et morne. Et même si le lecteur ne parvient pas tout à fait à l'apprécier, il n'en ressent pas moins beaucoup d'empathie pour son calvaire. En revanche, j'ai ouvertement détesté le commissaire Andriessen, têtu et arrogant, tout le contraire du reste de l'équipe policière.

Enfin, bien que plusieurs pistes pour le dénouement me soient venues à l'esprit, l'auteure m'a totalement prise au dépourvu avec la tournure imaginée pour ce récit. Entre manipulations, révélations fracassantes et retournements de situation, j'ai terminé ce livre en apnée, le cœur battant et les yeux écarquillés.


Les points négatifs


Je n'ai pas vraiment compris la réaction de Lars face à Ariane ; lui si renfermé se permet de faire des réflexions sexuelles sur la policière à deux reprises. J'aurais également aimé en savoir un peu plus sur le centre psychiatrique Bergson avant les derniers chapitres.


La durée de ma lecture


Trois jours.


Ma note


Un thriller bouleversant aux thèmes nauséabonds : 4.5/5.


Informations de publication


2020, Auto-édition, -, 334 pages (e-book), ISBN 978-2-957091-62-1.


42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout