• Shana

ISAAC DE MONT - "EX-LIBRIS"


"L’évènement aggrave les terreurs de Madame, devenue envahissante et plus superstitieuse. Paula l’a entendue maugréer au sujet de spectres qui chercheraient à la noyer dans son bain. Monsieur Goldberg n’est plus que l’ombre de lui-même. Ils se demandent tous ce que ressent Dieu face à leurs tracas, sans doute est-ce une femme, pour être à ce point cruel."

pp.63-64 (e-book)


Ma découverte de l'auteur


Face à la proposition de service presse d'Isaac de Mont, j'avoue avoir beaucoup tergiversé. De fait, en temps normal, j'ai tendance à ne pas accepter les chroniques pour des livres de moins de trois-cents pages, et ce pour deux raisons : j'adore me plonger dans un roman sur une longue durée et j'ai l'impression de mieux cerner le style de l'auteur avec de plus longs récits. Néanmoins, le style gothique ouvertement affiché m'attirait énormément ; la curiosité l'a donc emporté !

Encore merci à l'auteur pour cette découverte atypique et franchement appréciée.


Mon résumé


Paula Crowood vit avec ses parents et leur domestique dans le manoir familial des années mille-huit-cent-nonante. Bouleversée face à la mort de son futur époux et sa fausse couche, la jeune femme se laisse mourir à petit feu, alternant entre pulsions morbides et délires paranoïaques.

Cependant, un jour, elle découvre un livre dont elle s'éprend terriblement. Son auteur et ses personnages la passionnent, lui redonnent l'envie de vivre. Paula retrouve dès lors toute son énergie et quitte Austin afin de rencontrer ce mystérieux écrivain à Paris.

ATTENTION SPOILER : malheureusement pour la jeune héritière, ses névroses ne tardent pas à la rattraper et les tristes événements précédant son départ la forcent à rentrer dans un manoir à l'abandon. Que s'est-il passé pendant son absence ?


Les points positifs


Ce court roman se compose de onze chapitres de plus ou moins dix-sept pages et d'un memento mori final de neuf pages. Dès les premiers mots, le lecteur plonge dans l'univers morose de Paula dont la vie part en lambeaux. Ce personnage collectionne les épisodes malheureux et sombre peu à peu dans la folie. En cela, j'ai beaucoup apprécié ce récit de vie émaillé de catastrophes mettant en avant le côté gothique tant attendu du résumé. Paula Crowood possède justement une personnalité complexe mais clairement dérangée. Elle passe rapidement d'obsession en obsession jusqu'au moment où l'accumulation de ses peines éclate. J'ai adoré cette héroïne torturée (dans le bon sens du terme, s'il y en a un) en qui je me suis retrouvée à de nombreuses reprises.

Au niveau de la forme, j'ai été impressionnée par l'orthographe parfaite, les phrases soignées, l'utilisation de l'italique et celle de mots tout à fait absents de mon vocabulaire.

J'aimerais également souligner le procédé narratif mis en place par Isaac de Mont : tout dans son livre s'articule autour de la notion même de narration. Son titre désigne en effet une "inscription apposée sur un livre pour en indiquer le propriétaire" et les diverses mises en abyme donnent beaucoup de charme à l'histoire.

Enfin, une rapide incursion du fantastique clôt ce roman gothique en beauté.


Les points négatifs


Le début du récit m'a paru assez vague face à ces deux héros ne partageant pas la même temporalité. De plus, l'étalage des sentiments négatifs de Paula m'a parfois semblé redondant.


La durée de ma lecture


Un (petit) jour.


Ma note


Un style terriblement accrocheur : 4.5/5.


Informations de publication


2021, Spinelle éditions, -, 208 pages (e-book), ISBN 978-2-37827-387-3.

159 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout