• Shana

LAURENT CARSTENS - "TOUNGOUSKA"


"Jusque-là, le témoignage de Nikonovitch corroborait ce que l’on savait de l’événement par d’autres sources : une météorite géante s’était vraisemblablement écrasée à une soixantaine de kilomètres de la bourgade. Vanavara avait subi quelques dégâts matériels, mais on ne déplorait aucun décès dans la ville. C’est ensuite que son récit divergeait de la thèse officielle pour prendre un tour insolite. Et tragique."

p.64 (e-book)


Ma découverte de l'auteur


Au tout début de l'année, Laurent Carstens m'a contactée sur Simplement Pro pour me présenter son roman "Toungouska" (suite de "La fièvre du lézard") à paraître au mois d'avril. Ma curiosité a rapidement été piquée par le résumé et j'ai accepté avec plaisir cette collaboration. Entretemps, la publication du livre a pris un peu de retard, mais je peux désormais vous en parler car il est sorti hier ! Je remercie évidemment l'auteur français pour son intérêt, sa confiance et l'envoi de ce service presse numérique.


Mon résumé


En Sibérie, la découverte d'une lettre vieille de plus de cent ans apporte un nouvel éclairage à la chute d'une météorite sur les bords de la rivière Toungouska. Lors de sa collision avec la terre, le météore aurait révélé la présence d'un lieu tenu secret ; un goulag pour les peuples nomades toungouses. Dès lors, un groupe de scientifiques embarque pour une expédition dans la taïga gelée à la recherche de traces matérielles de cette sombre révélation. En chemin, l'équipe internationale est détournée de sa mission par un crash d'avion suspect à quelques kilomètres de sa position.

ATTENTION SPOILER : cinq jours plus tard, deux scientifiques français membres de l'expédition croupissent au fond d'un cachot enneigé. Comment en sont-ils arrivés là ?


Les points positifs


Les cinquante-et-un chapitres de ce roman s'étendent en moyenne sur huit pages et montrent parfois des variations de longueur très importantes. La plupart d'entre eux débutent par des indications spatio-temporelles à la fois utiles et intéressantes. Les premières permettent de naviguer entre les différents lieux présentés alors que les secondes délimitent l'histoire dans le temps et proposent au lecteur une chronologie précise des événements. En effet, plusieurs flashbacks et flashforwards émaillent le récit et y ajoutent tension et curiosité, rendant les indications temporelles bien nécessaires.

Cependant, le gros point fort de ce roman reste pour moi son ambiance polaire. Le lecteur plonge réellement dans la taïga enneigée avec les personnages et découvre, au fil des pages, une toute autre culture. J'ai vraiment beaucoup aimé les notes explicatives, en bas de page ou en fin d'ouvrage ; elles m'ont permis d'en apprendre plus sur la Sibérie, ses régions, ses peuples, son histoire, mais aussi sa politique bien différente de celle de nos pays européens. La différence de culture se ressent très facilement et offre un dépaysement total, encore accentué par les incursions de mots et phrases russes.

Enfin, j'ai assez bien apprécié Elsa et Ludovic, même si je les ai parfois trouvés un peu trop mièvres l'un envers l'autre. "La fièvre du lézard" présente probablement les prémisses de leur relation mais je ne l'ai malheureusement pas lu ; je reste donc sur ma faim. Par contre, la différence de narrateur m'a paru très ingénieuse. Effectivement, Ludovic raconte son périple à la première personne tandis que les événements auxquels il ne participe pas sont décrits à la troisième. Cela permet au lecteur de s'attacher plus facilement au chercheur et de trembler pour lui face aux multiples incidents.


Les points négatifs


Au niveau de la forme, j'aurais aimé une mise en évidence des chapitres plus importante, d'autant que l'e-book ne contient pas de table des matières. La manière de conjuguer le récit m'a aussi parfois un peu embêtée car elle allie beaucoup de temps différents et rend la lecture assez laborieuse.

En outre, je pense que la recherche de la météorite aurait pu rester le thème central du roman. Je n'ai pas vraiment adhéré au changement radical de fil conducteur de l'histoire, qui m'a semblé prévisible et répétitive par moments.


La durée de ma lecture


Quatre jours.


Ma note


Un roman riche en suspense dans la forêt boréale sibérienne : 3.5/5.


Informations de publication


2022, Librinova, -, 468 pages (e-book), ISBN 979-1040513476.

74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout