• Shana

MAGNUS LATRO - "VARCOLAC"


"Trois silhouettes menaçantes s'interposèrent, surgies du néant. Que ces chiens étaient grands, plantés sur des pattes si hautes ! Épuisé, je me retenais de sombrer... Avancer, un pas après l'autre, là...

Une lueur vive, blanche, irisée de bleu, transperça la nuit. Les chiens reculèrent, puis s'enfuirent. Mes genoux se plantèrent dans le sol. Des voitures démarrèrent en trombe." p.80


Ma découverte de l'auteur


En début d'année, Magnus Latro a été un des premiers auteurs à accepter ma demande de collaboration pour son livre intitulé "Les échangés". Ce thriller politique m'ayant convaincue, je me suis rapidement portée candidate pour chroniquer "Varcolac".

Aujourd'hui, je remercie encore une fois l'auteur français pour sa confiance renouvelée mais aussi pour l'envoi de ce second thriller, en version papier et dédicacée.


Mon résumé


Bazas, Nouvelle-Aquitaine. En quelques jours, le quotidien tranquille de cette petite commune se voit perturbé par d'étranges événements : la disparition d'un paloumayre en pleine période de chasse, les violentes actions de protestation suivies d'un enlèvement perpétrés par les animalistes de la région, l'apparition de loups géants dans la forêt... Rédacteur en chef du journal local, Philibert Fontaine se retrouve mêlé à ces différentes affaires grâce à son contact au sein de la police locale, ce qui ne plaît pas forcément aux responsables : pour eux, il devient rapidement l'homme à abattre.

ATTENTION SPOILER : agressé à plusieurs reprises et témoin d'actes barbares, le journaliste remonte peu à peu le fil d'une histoire vieille de six ans dont il côtoie sans le savoir les protagonistes. Entre innocence et culpabilité, la frontière semble bien mince.


Les points positifs


Les quarante-neuf chapitres de ce roman se développent sur cinq à sept pages. À la suite et en plus d'une numérotation continue, ils bénéficient d'un titre résumant leur contenu, situé en haut à droite. Des indications temporelles informent également le lecteur d'un écart de six ans entre les événements des deux premiers chapitres et les suivants. Cela créé un suspense bienvenu concernant l'évolution de la situation entre ces deux dates, d'autant plus que toutes les personnes présentes en 2012 ne réapparaissent pas immédiatement en 2018.

À ce propos, j'ai globalement apprécié tous les personnages de ce récit, Pour une fois, l'histoire d'amour ne m'a pas dérangée, apportant même un peu de piment aux péripéties du journaliste. L'absence du personnage inspirant le titre pendant les trois-quarts du livre m'a également semblé astucieuse, tout comme les changements de perspective focalisés sur Philibert ou d'autres événements aux alentours.

Par ailleurs, le traitement écologique et politique des thèmes principaux de ce roman m'a beaucoup plu. J'ai adoré découvrir de nombreuses informations sur la chasse à la palombe, les traques de gibier ou encore les traditions politiques régionales.

Pour terminer, les différentes affaires sur lesquelles enquête le rédacteur en chef du journal local finissent par se réunir et former un tout plutôt convaincant autour d'une organisation criminelle au fonctionnement bien huilé.


Les points négatifs


J'émets quelques doutes concernant la "chance" présente aux côtés de Philibert mais aussi en ce qui concerne le dénouement, selon moi légèrement bâclé. En outre, j'ai relevé plusieurs erreurs orthographiques et de construction de phrases.


La durée de ma lecture


Trois jours.


Ma note


Un livre bien développé mais à la fin trop expéditive : 3.5/5.


Informations de publication


2021, Books on Demand, -, 282 pages, ISBN 978-2322267620.

141 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout