• Shana

SANDRINE COLLETTE - "DES NŒUDS D'ACIER"


"J'étais paralysé par la tournure que prenaient les choses. Ses sanglots ressemblaient à des plaintes de petit chat, à des pleurs de bébé. Quelque chose clochait. De ce vieux corps fripé sortait une psalmodie d'enfant et je sentais mes poils se dresser sur mes bras. J'avais l'impression de contempler un truc malsain, pas résolu, mal enfoui. Ou une maladie." p.211


Ma découverte de l'auteure


Les livres de Sandrine Collette attendaient sagement dans ma wishlist depuis déjà plusieurs mois lorsque je me suis décidée à découvrir la plume de l'auteure française. Le défi lecture 2022 auquel je participe y est en vérité pour beaucoup, mais je suis très contente d'avoir enfin pu me replonger dans un thriller après toutes les chroniques de services presse publiées ces dernières semaines.


Mon résumé


Après avoir réduit son frère en bouillie, Théo Béranger a purgé une peine de dix-neuf mois de prison. Le jour de sa sortie, il fonce dans la maison médicalisée qui accueille désormais son grand frère. Pas pour lui présenter ses excuses ou exprimer des remords. Non. Plutôt pour contempler son œuvre. Normalement interdit de visite, Théo s'enfuit rapidement et se réfugie dans une maison d'hôtes isolée où il espère se faire oublier de la police. Au programme : repos et marche en forêt.

Par une belle après-midi ensoleillée, il gravit un mont et se retrouve sur la propriété de deux vieux messieurs qui lui offrent gentiment un café. Puis c'est le trou noir.

ATTENTION SPOILER : lorsqu'il se réveille, Théo est enchaîné dans une cave humide aux côtés d'un homme très amaigri et salement amoché. Celui-ci est enfermé depuis huit ans. Et Théo comprend vite qu'il est là pour le remplacer.


Les points positifs


Ce thriller comporte trois parties numérotées en majuscules et composées de treize, sept et seize chapitres. Ces derniers comptent entre quatre et dix pages et se séparent grâce à une mise en page astucieuse. Leur absence de numérotation renforce parfaitement la notion de perte de repères qui touche le personnage principal, Théo, entravé dans la cave de deux psychopathes.

En effet, la victime raconte au lecteur son parcours, lui présente sa vie avant cet événement traumatisant et tente de retranscrire au mieux les mois passés à baigner dans la folie humaine. La sienne, guettant de jour en jour, mais surtout celle de ses tortionnaires qui s'arrogent le droit de vie et de mort sur des hommes sans attaches. Il utilise ses propres mots, parfois crus, parfois vulgaires, souvent violents. Ce récit de vie est encadré par le témoignage du médecin qui a précédemment reçu celui de Théo. Cela apporte de l’authenticité et du réalisme au texte puisque le lecteur s'interroge immédiatement sur la véracité de l'histoire.

Enfin, j'ai été très touchée par Théo, ce personnage à la fois tellement fort et soudainement si faible. De fait, sa vie a été jalonnée de déceptions et de souffrances qu'il a endurées sans jamais plier. Cependant, cette fois, sa carapace ne peut le protéger de l'horreur de la situation. J'ai tremblé avec lui face aux coups et accès de folie des frères. Comme lui, j'ai été révoltée par leur démence et révulsée par leurs manigances. La fin de son calvaire, encore plus sombre que son cheminement, a fini de m'horrifier.


Les points négatifs


La manière de parler du narrateur m'a parfois un peu dérangée par sa vulgarité et ses phrases hachées. De plus, j'ai vite eu l'impression de tourner en rond malgré les différentes étapes de la captivité du jeune homme et l'évolution de sa relation avec ses tortionnaires.


La durée de ma lecture


Quatre jours.


Ma note


Un huis-clos malfaisant et angoissant : 3.5/5.


Informations de publication


2014, Le Livre de Poche, Ldp Thrillers, 264 pages, ISBN 978-2-253-17601-5.

78 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout