• Shana

YASMINA BEHAGLE - "LEUR MÈRE À TOUTES" & "AU NOM DE LA MÈRE"

Dernière mise à jour : 3 juin


"L’incertitude, c’est terrible. Parce qu’on ne comprend pas, on n’est pas sûr, on se dit qu’on se trompe peut-être, après tout, j’étais censée dormir ! Et si par malheur, je croisais son regard, c’était de ma faute, je n’avais pas à le surveiller. Lui s’en fichait de toute façon, et même, il accélérait le rythme. Ça luit, ça luit, c’est sale. Tout est sale." pp.230-231 (e-book)


Ma découverte de l'auteure


Ce roman historique en deux tomes m'a été proposé par une auteure française, Yasmina Behagle, il y a maintenant quelques semaines sur la plateforme Simplement Pro. Avec son introduction et sa demande simples et honnêtes, je n'ai pas pu résister à l'envie de me lancer dans cette lecture. Je la remercie d'ailleurs encore chaleureusement pour ce coup de cœur littéraire inattendu.


Mon résumé


Après un instant d'abandon entre les bras du prêtre de l'Abbaye où elle séjourne, sœur Marie est mutée à la prison pour femmes de Saint-Lazare, où elle officie désormais en tant que sous-prieure. Malgré des débuts difficiles face à des détenues peu commodes, elle parvient peu à peu à trouver sa place au sein de cet environnement carcéral. Appréciée des prisonnières et même respectée des autres membres du personnel, sœur Marie jouera bientôt un rôle important et salutaire dans le fonctionnement chaotique de l'établissement.

ATTENTION SPOILER : parviendra-t-elle à déjouer les pièges des gardes et à surmonter les événements tragiques qui jalonnent la vie à la prison ? Continuera-t-elle dans cette voie ou abandonnera-t-elle les prisonnières à leur sort ?


Les points positifs


Au début du livre, une courte préface situe de manière précise le récit et plante le décor autour de la prison de Saint-Lazare. Fractionné en deux parties pratiquement égales (de deux-cent-quatre-vingts pages), ce roman se compose au total d'une centaine de chapitres numérotés par des chiffres romains. D'environ six pages, ces premiers s'allongent lorsque les prisonnières prennent la parole et racontent, à la première personne, les raisons de leur incarcération.

J'ai d'ailleurs eu un vrai coup de cœur pour ces histoires si diverses et dans le fond si semblables. Chacune m'a bouleversée à un niveau différent et m'a rappelé que le destin frappe toujours au hasard, indépendamment de la naissance ou du statut : ces détenues sont tout le monde et personne à la fois. J'ai également beaucoup apprécié être témoin de la métamorphose d'Adélaïde et de son acclimatation au milieu carcéral.

Concernant le fond, ce récit en deux tomes est très bien écrit et développé, notamment quand l'auteure utilise l'italique pour mettre en évidence certaines parties du texte. De nombreux retours en arrière permettent aussi au lecteur de mieux cerner la personnalité de sœur Marie et le petit récapitulatif entre les deux parties en dévoile un peu plus sur les différents personnages de l'intrigue.


Les points négatifs


Quelques petites incohérences orthographiques très vite oubliées.


La durée de ma lecture


Quatre jours.


Ma note


Un énorme coup de cœur : 5/5.


Informations de publication


2021, Auto-édition, -, 281 pages (e-book), ISBN 979-8508378660.

2022, Auto-édition, -, 285 pages (e-book), ISBN 979-8508378660.

172 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout